Copyright Joël Bartoloméo 2016
Built with Indexhibit

L’ombre dense de la mélancolie enveloppe ces séquences, non seulement à cause de la musique, déjà ancienne, ou de la voix particulièrement grave de l’artiste et de son air pénétré, mais aussi à cause du désir insensé qui sous-tend les films de dire la vérité sur soi et de la conscience simultanée que cette vérité ultime est impossible à exprimer, quelle que soit la sincérité avec laquelle on se livre.

Catherine Framblin
in art press n° 330, janvier 2007, p.87

 
La boite noire, 3mn05, 2004
 
The forest, 4mn27, 2006
 
Little Snow White, 5mn19, 2006
 
The Revolver, 4mn25, 2006
 
http://joelbartolomeo.net/files/gimgs/th-13_The-murderer_4mn22_2006_Bartolomeo.jpg
The murderer, 4mn22, 2006
 
Marie L., 4mn32, 2006